DERNIERS ABONNEMENTS DISPONIBLES POUR LA SAISON 2024/2025 !      |      DERNIERS ABONNEMENTS DISPONIBLES POUR LA SAISON 2024/2025 !      |      DERNIERS ABONNEMENTS DISPONIBLES POUR LA SAISON 2024/2025 !      |      DERNIERS ABONNEMENTS DISPONIBLES POUR LA SAISON 2024/2025 !      |      DERNIERS ABONNEMENTS DISPONIBLES POUR LA SAISON 2024/2025 !      |      DERNIERS ABONNEMENTS DISPONIBLES POUR LA SAISON 2024/2025 !      |      DERNIERS ABONNEMENTS DISPONIBLES POUR LA SAISON 2024/2025 !      |      DERNIERS ABONNEMENTS DISPONIBLES POUR LA SAISON 2024/2025 !      |      DERNIERS ABONNEMENTS DISPONIBLES POUR LA SAISON 2024/2025 !      |      DERNIERS ABONNEMENTS DISPONIBLES POUR LA SAISON 2024/2025 !      |      DERNIERS ABONNEMENTS DISPONIBLES POUR LA SAISON 2024/2025 !      
10 à la suite pour la Roca Team face à l'Asvel

10 à la suite pour la Roca Team face à l'Asvel

La Roca Team a vaincu son meilleur ennemi villeurbannais pour la dixième fois consécutive depuis les finales épiques 2022. Une autre époque puisque Elie Okobo et Matthew Strazel portaient le maillot rhodanien. Sur le parquet du magnifique écrin de la LDLC Arena, les hommes de Sasa Obradovic ont su gommer un retard de 11 points, sans jamais s’affoler. Et en grappillant petit à petit au tableau d’affichage. Mais surtout avec dix dernières minutes de jeu tonitruantes (87-77). Contrat rempli pour les Monégasques qui confortent leur position dans le top 3 de l’Euroleague.

LE MATCH 

Pour cette rencontre de la 32ème journée d’Euroleague, la Roca Team se voit proposer au menu un choc franco-français sur la plus haute scène européenne. Un duel entre les deux mastodontes de Betclic Elite. Monaco veut conforter sa place dans le top 4, pour bénéficier de l’avantage du terrain en play-offs. Au vu du classement ultra serré, le moindre faux pas est presque interdit pour l’ASM. Tandis que l’Asvel qui ne joue plus rien en Euroleague, souhaite mettre fin à cette terrible série de 9 défaites de rang face aux pensionnaires du Rocher. Un duel, un Classico qui promet, comme toujours entre les deux meilleurs ennemis.

Pour ce déplacement, mis à part Terry Tarpey qui fut opéré lundi du genou gauche et qui est donc indisponible, Sasa Obradovic peut compter sur un groupe au grand complet. L’entraîneur monégasque a décidé de ne pas aligner Matthew Strazel sur la feuille de match. Son cinq de départ est composé de Mike James, Jordan Loyd, Yakuba Ouattara, John Brown III et Donatas Motiejunas. En face, Perric Poupet opte pour Paris Lee, Edwin Jackson, David Lighty, Mike Scott et Joffrey Lauvergne. 

D’entrée de jeu, tout est très difficile pour les Villeurbannais offensivement. Ils sont pris dans l’étau d’une défense très agressive des Roca Boys. Les locaux ne mettent pas le moindre panier pendant près de 4 minutes. Signe de l’intensité mise par les hommes de Sasa Obradovic. Yakuba Ouattara en bon leader se montre expert en la matière, et Mike James file seul en transition. Le capitaine y va tout en puissance sous le cercle, tout comme John Brown III sur un caviar de Mike James (6-0). 

Le premier panier de l’Asvel est mis par Jackson, mais de l’autre côté du terrain, la Roca Team est en rythme. Donatas Motiejunas se distingue, avant qu’Alpha Diallo n’y aille tout en puissance, prenant largement le dessus sur Nando de Colo (10-4). Le premier temps-mort des arbitres intervient alors que Monaco compte six points d’avance. 

Les Roca Boys continuent de régner en maîtres sur ce premier quart-temps, avec du jeu fait d’énormément d’isolation. Alpha Diallo et Elie Okobo s’en donnent à coeur joie dans ce registre (16-8). Elie Okobo est trop fort dès qu’il est lancé pleine balle comme on peut le voir sur contre-attaque (19-8). L’impact athlétique monégasque est tout simplement incroyable. Alpha Diallo lâche un énorme contre sur la tête d’Ndiaye, avant que Mike James n’adresse un alley-oop monstrueux pour Jaron Blossomgame. 11 points d’avance pour Monaco à la fin de ce premier quart-temps (23-12).

Sans être forcément plus flamboyante, l’Asvel se relance en l’espace de deux minutes dans ce second quart-temps. Grâce à un homme. Luwawu-Cabarrot règle la mire par deux fois coup sur coup longue distance. Tandis que les Roca Boys bafouillent leurs offensives. Sasa Obradovic demande le temps-mort, alors que ses protégés n’ont plus que 5 points d’avance (23-18).

Tandis que Jaron Blossomgame oublie quelques lancers-francs en route, Nando de Colo régale la LDLC Arena d’une action de grande classe. Sentant la faute arrivée de Jaron Blossomgame sur du jeu de transition, il déclenche un shoot ahurissant du milieu de terrain et marque avec la faute. Il y a bel et bien match, et la Roca Team ne compte plus qu’une petite possession d’avance (27-25).

L’adresse longue distance fuit les Monégasques qui n’en ont pas mis un seul au cours de cette première période. Pendant que Luwawu-Cabarrot marque avec la faute de Kemba Walker en prime. Pour la première fois dans cette rencontre, l’Asvel prend donc les commandes de cette partie (27-28). Donta Hall est au rebond offensif, mais en face TLC est chaud bouillant avec un nouveau missile derrière l’arc (29-31). Il est l’homme fort actuel des Rhodaniens avec 14 points en 9 minutes, bien épaulé par Nando de Colo.

Jordan Loyd inscrit son premier panier de la rencontre après 17 minutes de jeu (34-32). À noter le bon passage de Donta Hall qui joue de ses qualités athlétiques pour se montrer dominant dans la peinture. Les deux formations sont dos à dos alors qu’il reste un peu plus de deux minutes à jouer dans ce Q2 (34-34). Malgré un zéro pointé à trois points, la Roca Team finit bien mieux dans ce money-time avec Mike James et Jordan Loyd. La troupe de Sasa Obradovic compte 4 points d’avance à la pause (44-40). 

Au retour des vestiaires, Sasa Obradovic fait le choix de revenir avec le même cinq de départ. À savoir Mike James, Jordan Loyd, Yakuba Ouattara, John Brown III et Donatas Motiejunas. Pierric Poupet revient lui avec Ndiaye à la place de Scott. Pour le reste c’est identique avec Paris Lee, Edwin Jackson, David Lighty et Joffrey Lauvergne. 

La Roca Team perd autant de ballons en à peine plus d’une minute dans ce Q3 qu’en première période avec quatre pertes au compteur. Paris Lee en profite pour marquer son premier panier du match à longue distance, avant qu’Edwin Jackson ne prenne feu. 4 points d’avance pour l’Asvel sur un 8-0 en sortie de mi-temps (44-48). En colère, Sasa Obradovic demande rapidement un temps-mort.

Jordan Loyd débloque le compteur asémiste après 2’30 minutes dans ce troisième quart-temps. Mais Joffrey Lauvergne prend immédiatement le dessus sur Donatas Motiejunas sur l’action qui suit. Les pertes de balle continuent et Lauvergne, encore lui, donne 7 points d’avance à ses coéquipiers (46-53). La Roca Team doit se ressaisir après avoir encaissé un 13-2 en plus de trois minutes. 

Mike James manque ses deux lancers, et Joffrey Lauvergne poursuit son énorme chantier (46-55). Les Monégasques en sont à 0/12 derrière l’arc sur une tentative qui ne sourit pas à Jaron Blossomgame. Au contraire, l’Asvel continue de régaler son public avec un alley-oop magistral entre Paris Lee et Ndiaye (50-61). 11 points de retard pour la Roca Team, ce qui pousse Sasa Obradovic à prendre un autre temps-mort.

Elie Okobo met le premier panier longue de l’ASM après 28 minutes de jeu (53-61). Il en met même un deuxième consécutif, et tente de sonner la révolte. Monaco n’est plus qu’à 5 points et tout reste à faire (56-61). C’est le score à l’aube de ces dix dernières minutes. Malgré un Q3 catastrophique, les Roca Boys peuvent encore y croire. 

La lutte est toujours aussi intense, même si les Monégasques semblent manquer de jus au fil des minutes. Un trois points de Luwawu-Cabarrot redonne 6 points d’avance à l’Asvel, mais Alpha Diallo joue des bras pour marquer avec la faute (63-66). Alors qu’il reste 7 minutes à jouer, les hommes de Sasa Obradovic sont à une grosse possession de leurs rivaux. Sur du jeu de transition, Elie Okobo envoie Donta Hall au panier (65-66). Un point de retard pour l’ASM, et Pierric Poupet demande le temps-mort.

Le match est sur la bascule, et promet son lot de suspense pour ces 6 dernières minutes de jeu. Fall met ses deux lancers malgré la faute intelligente de Donta Hall. Mais Mike James plante un shoot dont il a le secret, avant qu’Elie Okobo ne mette deux lancers à son tour. La Roca Team repasse devant avec un tout petit points d’avance (69-68). La défense asémiste a placé le curseur un ton plus haut.

Les Roca Boys ne veulent plus rien lâcher et sont de nouveau pleinement de leur rencontre. Elie Okobo envoie Jaron Blossomgame au cercle, et Paris Lee est obligé de perdre la balle face à la pression adverse sur la possession qui suit (71-68). Ce dernier est oublié derrière l’arc par la suite, et remet les deux adversaires à égalité (71-71). Mais Jaron Blossomgame est à la réponse, et prouve qu’il est en grande confiance (74-71). Alpha Diallo ne tremble pas sur la ligne des lancers pour donner 5 points d’avance à ses coéquipiers (76-71). 

L’Asvel perd ses nerfs à l’image de Nando de Colo qui pousse Alpha Diallo et qui concède donc une faute technique. L’ailier asémiste ne se fait pas prier, et Elie Okobo tue la rencontre sur un magnifique shoot ligne de fond (80-71). Les dernières minutes ont été de très hautes volées de la part des Roca Boys avec un terrible 22-9 pour finir la rencontre (87-77). La Roca Team est donc seule troisième au classement, en attendant le match du Pana demain sur le parquet de la Virtus. 

ILS ONT DIT 

Sasa Obradovic (entraîneur de la Roca Team) : « Le quatrième quart-temps correspond à la manière dont nous devons jouer, notamment en défense. Comme de nombreuses fois cette saison, l’équipe a fait preuve de caractère. Ce n’est pas notre match référence, mais une victoire est une victoire, c’est ce qu’il faut retenir. On apprend encore pour la suite. »

Pierric Poupet (entraîneur de l’Asvel) : « Bravo à Monaco, ils ont été meilleurs que nous. Ils ont mieux débuté et ont mieux fini que nous, tout simplement. Il faut être plus intense à l’avenir, c’est ce qu’on doit apprendre de cette rencontre. »

Elie Okobo (arrière de la Roca Team) : « Ce n’était pas un match facile, avec un 2ème quart-temps compliqué, et un 3ème encore plus. Après, on a montré le bon côté de Monaco avec des rotations, et en faisant circuler la balle. C’est une première dans cette grande salle et c’est une bonne chose. On doit continuer sur cette voie pour les deux derniers matchs de la saison régulière à la maison. »

Charles Kahudi (capitaine de l’Asvel) : « Il y a beaucoup de frustration. On fait un match solide pendant 34 minutes. Il y a 6 minutes où nous sommes plus en dedans, et ça se paye. Après, ils mettent des gros shoots. Ce sont des grands joueurs, ils ne sont pas troisièmes pour rien. On progresse oui, mais ce n’est pas assez. »

LA FICHE TECHNIQUE 

À Décines, LDLC Arena, l’AS Monaco bat l’Asvel 87-77 (23-12, 21-28, 12-21, 31-16)

Asvel : 29 tirs sur 66 (12/26 à 3-pts), 7/9 LF,  33 rebonds (Fall 7), 24 passes décisives (Lee 7), 6 interceptions, 16 balles perdues. La marque : Luwawu-Cabarrot 23, Lauvergne 13, Jackson 13, De Colo 9, Lee 6, Kahudi 5, Fall 4, Ndiaye 4, Yaacov, Scott, Lighty. 

Monaco : 33 tirs sur 61 (3/19 à 3-pts), 18 LF sur 26, 36 rebonds (Hall-Diallo 6), 16 passes décisives (James 4), 7 interceptions, 11 balles perdues.
La marque : Okobo 16, Diallo 15, Blossomgame 13, James 12, Hall 9, Loyd 9, Motiejunas 4, Jaiteh 3, Brown III 2, Walker 2, Ouattara 2.