DERNIERS ABONNEMENTS DISPONIBLES POUR LA SAISON 2024/2025 !      |      DERNIERS ABONNEMENTS DISPONIBLES POUR LA SAISON 2024/2025 !      |      DERNIERS ABONNEMENTS DISPONIBLES POUR LA SAISON 2024/2025 !      |      DERNIERS ABONNEMENTS DISPONIBLES POUR LA SAISON 2024/2025 !      |      DERNIERS ABONNEMENTS DISPONIBLES POUR LA SAISON 2024/2025 !      |      DERNIERS ABONNEMENTS DISPONIBLES POUR LA SAISON 2024/2025 !      |      DERNIERS ABONNEMENTS DISPONIBLES POUR LA SAISON 2024/2025 !      |      DERNIERS ABONNEMENTS DISPONIBLES POUR LA SAISON 2024/2025 !      |      DERNIERS ABONNEMENTS DISPONIBLES POUR LA SAISON 2024/2025 !      |      DERNIERS ABONNEMENTS DISPONIBLES POUR LA SAISON 2024/2025 !      |      DERNIERS ABONNEMENTS DISPONIBLES POUR LA SAISON 2024/2025 !      
La Roca Team fait le boulot à la maison

La Roca Team fait le boulot à la maison

La Roca Team a fait le boulot en Betclic à la maison, une fois de plus. Face à Boulogne-Levallois, bon dernier du classement, elle a enchaîné une 17ème victoire consécutive à domicile à cheval sur ces deux dernières saisons (84-72). Matthew Strazel a réalisé sa meilleure marque de sa carrière avec 24 points. L’info principale réside dans le fait que Sasa Obradovic a pu reposer des joueurs clés comme Mike James, Alpha Diallo et Mam Jaiteh au coeur de ce calendrier infernal. Une bonne nouvelle avant d’entamer une semaine décisive sur la scène hexagonale, avec uniquement des matchs couperets entre la Coupe de France et la Leaders Cup. Et ça commence des mardi, avec la réception de l’Asvel en 8ème de finale. Un choc… Autrement dit, la Roca Team a plus que jamais besoin de votre soutien la Roca Family.

LE MATCH 

Pour cette 23ème journée de Betclic Elite, c’est un remake des finales 2023 qui se joue à Gaston-Médecin. Mais au vu de la situation très délicate de Boulogne-Levallois cette saison, il s’agit surtout d’un choc des extrêmes. Le 1er qui n’a perdu que deux fois en championnat accueille la lanterne rouge francilienne qui s’est imposée seulement à trois reprises. L’objectif premier sera de gérer au mieux l’effectif, puisqu’un 8ème de finale de Coupe de France entre cadors d’Euroleague arrive très vite mardi face à l’Asvel. 

Les Roca Boys veulent signer aujourd’hui leur 10ème victoire en 11 rencontres toutes compétitions confondues, et une 17ème d’affiliée à la maison en championnat depuis les play-offs 2023. Le calendrier est dantesque avec ce 8ème match en 19 jours. S’ils vont au bout en Leaders Cup la semaine prochaine, ils auront disputé pas moins de 12 matchs en 26 jours. Complètement ahurissant.  

De ce fait, Sasa Obradovic va distribuer les minutes aujourd’hui pour préserver les organismes. L’entraîneur monégasque a tout d’abord décidé de laisser au repos Mike James, Alpha Diallo, et Mam Jaiteh. Des joueurs essentiels ces dernières semaines. Son cinq de départ est composé de Matthew Strazel, Jordan Loyd, Terry Tarpey, John Brown III et Donatas Motiejunas. 

Frazier arrivé il y a peu du côté des Mets 92 réalise un bon début de match avec cinq points coup sur coup. Mais il a trouvé à qui parler en la personne de Jordan Loyd. L’arrière monégasque prouve qu’il revient bel et bien à son meilleur niveau avec trois missiles longue distance. 9 points en moins de deux minutes pour Jordan Loyd qui met ses coéquipiers sur orbite (11-9). Konaté, le fidèle capitaine francilien fait aussi preuve d’une belle présence sur le terrain.

Ward qui a remplacé Omic cette semaine, prouve qu’il a de beaux restes dans la peinture, faisant preuve d’une grosse dimension athlétique. Dans son sillage, les visiteurs repassent devant au tableau d’affichage (12-14), mais Elie Okobo envoie un alley-oop magnifique pour Petr Cornelie qui écrase le cercle (14-14). Petr Cornelie réalise un très gros passage avec 9 points, et montre qu’il est toujours là pour apporter sa pierre à l’édifice. À la fin de ce Q1, la Roca Team compte 2 points d’avance (21-19). 

Monaco accélère dans les premières minutes de ce deuxième quart-temps, avec deux hommes forts. Elie Okobo est impressionnant à la distribution, régalant ses coéquipiers, que ce soit Jaron Blossomgame ou John Brown III. Et Petr Cornelie qui produit un gros abattage dans la peinture, mais aussi derrière l’arc. 7 points d’avance pour l’ASM et premier temps-mort de cette partie pris par Jean-Paul Besson (30-23).

Boulogne-Levallois n’abdique pas pour autant, bien au contraire. Fraizier et Toupane mettent de gros shoots, avant que Konaté en transition ne remettent les deux formations dos à dos suite à un 7-0 (30-30). Ce qui plaît moyennement à Sasa Obradovic. L’entraîneur monégasque prend son premier temps-mort alors qu’il reste 6 minutes avant la pause.

La Roca Team bafouille son basket, et semble empruntée physiquement. Tandis qu’en face, les Mets 92 donnent tout ce qu’ils ont. Heureusement que Matthew Strazel prend les choses en main. D’abord en pénétration, puis sur un trois points juste après (35-35). Donatas Motiejunas est adroit sous le cercle, et Matthew Strazel poursuit son festival. À la pause, les Roca Boys ont finalement 5 points d’avance (41-36). 

Au retour des vestiaires, Sasa Obradovic décide de revenir sur le terrain avec un cinq de départ identique. À savoir Matthew Strazel, Jordan Loyd, Terry Tarpey, John Brown III et Donatas Motiejunas. Boulogne-Levallois marque rapidement, mais Donatas Motiejunas réplique dans la foulée (43-38). Les hommes de la capitale restent dans le coup avec un nouveau panier longue distance de Frazier, et un dunk en transition de Toupane (45-43). 

Matthew Strazel dégaine à trois points, mais juste après White et Konaté font de même. La rencontre est indécise avec un seul petit point d’avance pour l’ASM (50-49). C’est le moment choisi par Matthew Strazel pour y aller de son and one dans le corner gauche, mais Ward fait toujours aussi mal dans la peinture (53-51). 

Le capitaine Yakuba Ouattara est trouvé dans son angle favori et fait mouche à trois points, tout comme Petr Cornelie qui l’imite à merveille et qui reste sur sa lancée de la première période (60-52). Les Roca Boys prennent 8 longueurs d’avance et forcent Jean-Paul Besson à prendre un temps-mort à 3 minutes de la fin de ce Q3. 

Comme lors du premier acte, cette sortie de temps-mort est bénéfique pour les visiteurs avec deux paniers primés de Brown et Toupane. Ils reviennent à 4 points (62-58). Elie Okobo en pénétration marque avec la faute, avant que Matthew Strazel, toujours lui ne fasse lever la foule avec un trois points. Monsieur capitaine Yakuba Ouattara fait de même et donne dix points d’avance aux siens à l’aube des dix dernières minutes (73-63). 

Elie Okobo et Yakuba Ouattara sont chauds à longue distance et mettent à bonne distance Boulogne-Levallois (79-65). Les dernières minutes sont pleinement maîtrisées par des Roca Boys qui l’emportent donc logiquement avec un matelas de 12 points d’avance (84-72). L’essentiel est assuré, avec aucune blessure à déplorer, et un temps de jeu bien réparti, qui a permis de faire reposer les cadres.

ILS ONT DIT 

Sasa Obradovic (entraîneur de la Roca Team) : « Une victoire est une victoire. C’est toujours bon à prendre, surtout au coeur de ce calendrier très délicat à gérer. C’est difficile de demander de la qualité quand on enchaîne comme ça. C’est très dur surtout mentalement, car la semaine prochaine est très importante. Nous avons bien partagé les minutes, et c’est ce que nous voulions en prévision des prochaines rencontres. Matthew Strazel en championnat nous apporte beaucoup de stabilité et de garantie. »

Jean-Paul Besson (entraîneur de Boulogne-Levallois) : « Monaco accélère dans le troisième quart-temps. Il nous manque de la discipline, on shoote vite alors qu’il ne faut pas, et ils ont des shoots ouverts. On progresse mais face à Monaco ça ne suffit pas. Eux, ils ont fait leur match, ils ont su jouer sur leurs points forts. L’équipe ne va plus changer, on va pouvoir travailler avec stabilité. » 

Petr Cornelie (ailier-fort de la Roca Team) : « On s’y attendait à ce match serré. À l’aller, c’était un peu le même genre. En face, ils étaient mort de faim. Nous on repose les joueurs, et forcément c’est dangereux. Il faut savoir gagner ce genre de rencontre, c’est ça le plus important. Et c’est ce qu’il faut retenir. Pour la dynamique de groupe, c’est toujours bon de rester sur cette série de victoires. »

Tim Frazier (arrière de Boulogne-Levallois) : « Bravo à Monaco, ils ont su l’emporter en mettant plus d’agressivité en fin de match. De notre côté, on doit penser à la suite, travailler pour la fin de saison. Il y a du mieux, nous devons retenir cela, et j’espère que ça va nous aider. On a beaucoup mieux bougé la balle aujourd’hui. »

LA FICHE TECHNIQUE 

À Monaco, salle Gaston-Médecin, l’AS Monaco bat Boulogne-Levallois 84-72 (21-19, 20-17, 32-27, 11-9)

Monaco : 30 tirs sur 63 (13/30 à 3-pts), 11 LF sur 17, 45 rebonds (Motiejunas 8), 17 passes décisives (Okobo 9), 5 interceptions, 14 balles perdues.
La marque : Strazel 24, Cornelie 17, Loyd 11, Ouattara 10, Okobo 7, Motiejunas 6, Hall 2, Tarpey 2, Brown III 2, Blossomgame 2. 

Boulogne-Levallois : 27 tirs sur 70 (9/22 à 3-pts), 9 LF sur 23, 39 rebonds (Ward 9), 10 passes décisives (Frazier 5), 9 interceptions, 8 balles perdues. La marque : Konaté 16, Frazier 12, White 11, Toupane 10, Ward 9, Brown 5, Gauzin 4, Sorokas 2, Loum 2, Esso.