Paul Lacombe aux Trophées : « On a les armes pour aller loin »

Paul Lacombe aux Trophées : « On a les armes pour aller loin »


À la soirée des Trophées de la LNB, Paul Lacombe a été élu dans le premier Cinq de Jeep Élite, une distinction hautement méritée pour l’arrière international de la Roca Team. Le titre de MVP est revenu au meneur de Dijon, David Holston.

Les réactions de Paul Lacombe, qui se projette déjà totalement sur le 1/4 de finale des playoffs face au CSP Limoges :

« J’aurais bien aimé être MVP mais ce n’est pas une déception. Le chemin accompli est déjà formidable. Être dans la course au titre de MVP c’est inespéré quand je reviens en arrière.

C’est ma première nomination à ces trophées, c’est une vraie reconnaissance par les pairs et individuellement c’est une fierté. 

Les titres individuels sont une belle récompense mais ça ne veut pas dire grand chose dans le fond, il faut aller plus loin et on a les armes pour. Je n’attends qu’une chose c’est de gagner le titre et ce sera encore moins facile que les années précédentes, il va falloir  encore plus cravacher.

Sur le plan humain, je n’ai pas pris de plaisir en première partie de saison malgré des belles statistiques et des belles performances. C’est compliqué de jouer quand on n’a pas de plaisir, c’est quand même notre métier, notre vie. La deuxième partie de saison a été plus agréable à tous les niveaux.

Le changement  avec Obradovic ? Il a mis énormément d’exigence et tous les joueurs l’ont plutôt bien appliqué. Il y a aussi une meilleure hiérarchie et plus de jeu porté vers l’avant, ce qui a fait notre force la saison dernière. C’est pour tout cela qu’on a pu retrouver des joueurs qui n’étaient pas à leur niveau en début de saison. C’est une méthode qui me plait totalement, c’est la méthode d’un grand coach européen.

On termine dauphin, sur la meilleure dynamique possible. Tout le monde voudra notre tête et celle de l’ASVEL, on le sait. A nous de combattre avec nos armes, d’aller jusqu’au bout car je pense qu’on en a la possibilité. 

Physiquement on a eu le temps de récupérer avec les derniers matches espacés. On a un effectif assez large, on va pouvoir se permettre d’avoir des rotations. Les 1/4 sont maximum en 3 matches, ça va assez vite pour les organismes.. Plus on va loin, plus c’est compliqué, il faut gérer les petits pépins physiques. On arrive physiquement en pleine bourre et mentalement prêt, on a combattu toute l’année pour en arriver là ! »


Propos recueillis à Paris par Clément Bigois